Qu’allais-je chercher ?

13 juillet 2014

Monténégro

Oui, quel est donc ce but que de se perdre dans les Alpes orientales ? Pourquoi vouloir découvrir ce peuple si complexe et perclus de cicatrices béantes ? Envie curieuse et irrépressible de rencontrer ses hommes meurtris et dont la haine et la peur ont fait partie d’un quotidien si récent.

Une préparation psychologique durant le mois de juillet 13 durant laquelle je scrute les itinéraires et régions à découvrir. Un sac à dos, un sac de couchage ? Des liaisons en bus, des rudiments de langue locale (le serbo-croate avec des subtilités d’expressions entre Croates et Monténégrins). Comment atterrir en Croatie à Dubrovnik – station balnéaire au paysage méditerranéen charmant mais truffé de tourisme tong/glaces/monoï/ et étouffante – et s’enfoncer au nord ouest du Monténégro pour arpenter les montagnes du Durmitor ?

Un trajet en bus de plus de 6h, un paysage maritime enchanteur – je profite de la baie de Kotor pendant plus d1h30 – puis la route commence à tortiller alors que les chauffeurs klaxonnent les voitures trop paresseuses qui ralentissent le convoi. Je suis arc-bouté à mon siège, concentré sur la route. Le bus pile, la porte s’ouvre en plein milieu des contreforts de la montagne ou dans les faubourgs de Podgorica – nouvelle capitale du pays au style stalinien so sexy – et un voyageur sorti de nulle part monte à bord.

Les chauffeurs se relaient, laissant la place à d’autres sortis de 4×4. De ville en ville, mon objectif se rapproche : le parc national du Durmitor. A chaque gare routière un nouveau ticket à acheter, une correspondance à aller chercher.

Départ en bus de Croatie/Bouches de Kotor/Herceg Novi/Niksic/Bobotov Kuk (Parc du Durmitor)

Je sais maintenant ce que j’allais chercher… Une retraite. Suspendre le temps, souffler, réfléchir, me perdre, me mettre en danger, être libre, rêver… Mon âme de géographe avait besoin d’un séjour excentrique, mon état devait trouver écho dans ce pays qui m’a beaucoup questionné, la géopolitique – thème récurrent, cf Israël – me permet d’assouvir une curiosité envers les cultures qui ne sont pas les miennes. Pourquoi est-on si différents à 2h d’avion de la France ? Quelles valeurs poussent des frères, des cousins, à se haïr, à ne plus vouloir se comprendre lorsque éclate la 1ère guerre de Yougoslavie ? La visite d’un musée de photos de guerre à Dubrovnik me fera froid dans le dos.

20130723_123838

La femme sur la photo est la dernière habitante de sa rue avec son mari. Situés à quelques mètres de la ligne de front entre Serbes et Bosniaques, la tristesse du visage se mélange à une colère évidente. La ville de Mostar en Bosnie-Herzégovine est le symbole de la cruauté, la barbarie et le déchirement d’un peuple multiple.

Le texte ci-dessous résume très bien je trouve la situation :

20130723_133432

 

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Projethai |
Camtaramenage |
Marine et Max |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Eric BEURTON 7 EPICS
| Ca roule un Max !
| Florida 17